Bienvenue à l’institut de Mathologie

Mon travail consiste à mettre en scène poétiquement les mathématiques.

Il y a diverses manières de songer aux mathématiques… c’est Georges Perec élaborant sa « vie mode d’emploi »…, c’est Raymond Devos combinant les sens jusqu’au paradoxe qui force la logique…,c’est l’inspecteur Maigret dénouant une intrigue policière. C’est aussi l’astronome Leverrier qui, la tête dans les étoiles mais les pieds bien sur terre, relève et calcule des trajectoires puis finit par imaginer l’existence d’une planète inconnue ( Neptune) afin de satisfaire au bon équilibre des équations. C’est le mathématicien qui, perplexe, s’emmêlant et s’interrogeant devant la diversité et la complexité des nœuds, élabore une Théorie des nœuds. Théorie bien abstraite au final et dont l’usage ne semble pas immédiatement utilisable.

Il y a aussi la manière dont elles m’inspirent et me conduisent à produire des objets, des fictions. Le résultat ne laisse parfois guère de traces des préoccupations qui étaient à l’origine. Ces mathématiques sont en quelque sorte la sève qui circule dans l’arbre qui s’édifie et nourrit chacun des fruits. Même si au bout de chaque branche, de l’une à l’autre, les fruits peuvent sembler différents avec un peu de recul on reconnaît qu’ils sont issus d’un arbre unique. Au-delà du tronc commun il faudrait sans doute mettre au jour les racines pour saisir comment elles puisent cette sève et déterminent cette essence particulière.

Architecte du sensible ? En premier je cherche la structure qui soutient l’émotion mais je n’ignore pas que ce n’est pas la charpente qui fait la maison… il faut un toit, des murs, des fenêtres et de l’air qui circule.